L’Aspit, représentée par notre présidente Nicole Léglise et notre vice-présidente Christine Castaing, dénonce dans La Dépêche du Bassin un projet artistique qui a pris pour cible l’hôtel Lalanne et considère qu’il s’agit du saccage du patrimoine : « La mairie a-t-telle pris conscience qu »il s’agit d’un hôtel particulier datant de 1751, très caractéristique des maisons bordelaises ? Elle fait partie des édifices remarquables de La Teste et bénéficie d’une protection communale intégrée dans le Plan Local d’Urbanisme depuis 2011 au moins, c’est donc un patrimoine protégé ». Le respect des volumes, des couleurs est obligatoire.

L’association précise, par ailleurs, qu’elle n’a rien contre le street art mais que la défense du patrimoine doit primer.

Article de La dépêche du Bassin (version payante)

Hôtel Lalanne, le saccage du patrimoine